Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par boris maynadier

La ville de Clermont-Ferrand communique, ce mois d'octobre 2006 sur l'inauguration de son tramway. L'événement est d'importance pour la ville, elle a raison de le dire.

La campagne est parue dans la presse nationale (je l'ai vue dans le Nouvel Obs), ce qui dénote une volonté d'afficher le dynamisme de la ville extra muros.



Clermont-Ferrand fait-elle marque pour autant ?

Il ne suffit pas de communiquer pour créer une marque. Et je pense que la ville, si elle est dans une logique de communication évidente, n'est pas entrée dans une logique de marque pour autant, comme Amiens, Edinburgh ou Hong Kong (je sais, toutes ces villes ne jouent pas dans la même catégorie).

L'annonce, si elle est signée par le logotype de la ville, essaie de représenter la ville, de la résumer en montrant ses éléments architecturaux les plus reconnaissables, je crois (un habitant pourra-t-il nosu renseigner ?). Le nouveau Tramway tient alors une place de choix dans la nouvelle modernité affichée de la cité. Cependant, la représentation de Clermont-Ferrand comme un patchwork architectural révèle la difficulté de structurer le discours et en génère une image trop compliquée. Le danger, au final, est une indifférenciation de la ville, la difficulté d'exprimer une véritable personnalité.

Il me semble donc que Clermont-Ferrand ne fait pas marque, que son discours ne s'organise pas en fonction de la forme-marque et est assez confus, malgré la simplicité (apparente) du message à faire passer.