Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par boris maynadier


Les villes qui veulent atteindre le statut de ville mondiale mettent en place des stratégies de marque globales, aptes à les mondialiser. J'ai déjà abordé le cas de Songdo qui est très particulier, puisque la ville est en train de naître. Hong Kong constitue un cas plus classique.

Il en va ainsi pour Hong Kong : « Asia's World City » (brandline officielle)



Saskia Sassen a proposé, en, 1991, la catégorie des « villes mondiales », les « global cities ». En ce début des années 1990, trois villes étaient concernées : New York, Londres et Tôkyô.








Hong Kong entend clairement faire partie du lot des villes où se joue le sort du monde hypermoderne. L'approche se veut très institutionnelle (au sens de la communication institutionnelle), développant une image business, moderne, dans le but de promouvoir l'économie de la ville et d'attirer les investisseurs.



Voici un extrait de la plateforme de marque officielle :

« Hong Kong is where opportunity, creativity and  entrepreneurship converge.  It is a dynamic physical and  cultural hub with world-class infrastructure, Asia's most  strategic location and a global network of people with  an impressive record of success that can support  achievement of your goals and objectives.

These core values underpin Hong Kong's positioning as  Asia's world city:  Progressive, Free, Stable, Opportunity,  and High Quality. »

Si ces valeurs peuvent être différenciatrices sur le marché des villes chinoises, elles ne le sont peut-être pas sur celui des villes globales, ce qui pourrait être un point faible, la marque ne semble pas proposer de réelle saillance comme peut le faire Edinburgh.

Site web ici

Sassen S. (1991), La ville globale, New York, Londres, Tôkyô, Paris, Descartes & Cie, 1996