Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par boris maynadier

Face au fonctionnement de l'économie telle qu'on la connaît, certaines villes peuvent se révéler très fragiles. Cette fragilité les touche sur le plan économique, mais pas seulement. Une ville en crise peut voir sa population diminuer drastiquement (avec les conséquences économiques, sociales, culturelles que vous pouvez imaginer), se désertifier, et se trouver fragilisée dans son existence même de ville.

Ainsi Yubari est une ville japonaise dont nous ne parlerions sûrement pas sans la campagne de promotion lancée pour la sortir de sa crise. En 2007, la ville est en faillite, avec 353 millions de dollars de dettes. La population de la ville est divisée par 10 depuis les années 1970, en faisant une sorte de ville fantôme fascinante. L'économie minière s'est effondrée, et celle du tourisme ne s'est pas révélée une voie stratégique très pertinente pour la remplacer. La vidéo ci-dessous, issue du site de la revue Monocle, montre l'état de la ville.




La situation semble pour le moins compromise pour la ville. Cependant, dans un sursaut qui se veut salutaire, Yubari se lance dans une campagne de promotion touristique. Bien entendu, une telle campagne concerne autant les habitants de la ville que les touristes potentiels. Naît alors la campagne, un peu ironique, "No money but love", créée par l'agence Beacon Communications, à Tokyo.
 
Le concept de la campagne s'appuie sur la fait que Yubari est la ville au Japon qui a le taux de divorce le plus bas. Donc, l'amour... Bon, si cette information est vraie, il serait intéressant d'étudier ça : une ville en faillite avec le taux de divorce le plus faible du pays. Voici la campagne :







Et la campagne a remporté un Lion d'Or à Cannes (Lions), en 2009. Ce genre de prix vaut vraiment de l'or pour les publicitaires du monde entier. Il semble que, outre les résultats de la campagne, la dimension territoriale, non marchande, de la campagne, ait touché le jury. Illustration en vidéo :






Côté résultats, c'est difficile à évaluer, mais voilà ce qu'avancent les responsables :
- Équivalent valeur publicitaire (AVE pour les intimes) : 1,5 millions de dollars
- Croissance de 10% par an du nombre de visiteurs (mais de combien part-on ?)
- 31 millions de dollars générés pour alléger la dette (comment cela est-il mesuré ?)

Mais bon, les Lions à Cannes, les personnages sympas, le taux de divorce, c'est sûrement très bien, mais on voit assez peu où cela peut mener la ville. Peut-être tout cela s'inscrit-il dans une démarche stratégique plus vaste, que je ne connais pas, sans quoi la campagne de promotion risque de s'avérer un tantinet insuffisante pour infléchir le destin de Yubari.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :