Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par boris maynadier

La photographie est un mode de questionnement de la ville et de sa signification qui mérite l'attention de tous, citadins, élus, et autres responsables urbains. Le percept artistique met en jeu le sens de la ville, comme David Cousin-Marsy le fait dans ses séries, notamment celle des villes invisibles.

Les problématiques du photographe qui aborde la ville ne sont pas identiques à celles de l'urbaniste, ou du gestionnaire. Elles prennent une tout autre forme, dans la mesure où ce qu'il cherche, c'est l'effet de la perception. Le mode d'action est différent, mais c'est tout de même toujours cette question du sens qui est au centre : sens à construire, qui n'est pas donné, mais qui est inventé même là où il semble s'échapper. Le non-lieu n'apparaît pas comme un lieu sans signification. Il ne s'agit pas non plus de dire que son sens est appauvri. Il est autre. Il se manifeste selon des règles immanentes différentes de celui des autres lieux. Mais du sens il y a. 

L'auteur connaît bien ces questions non seulement comme photographe, mais aussi comme "professionnel de la ville", comme le montre son cv. La photographie peut aider à traiter des problématiques autres que celles du percept artistique, en croisant avec d'autres approches. L'effort à fournir est celui de la rencontre des questionnements : gestionnaires, d'urbanistes, d'élus, de responsables, d'artistes. un travail encore largement à construire, mais envisageable, donc.



Il peut paraître paradoxal d'aborder la question des villes invisibles par la photographie. Qu'on ne s'y trompe pas, le photographe donne à voir ce que l'oeil ne perçoit pas habituellement, s'il ne cherche pas à voir : hétérotopies, ubiquités, projections imaginaires et symboliques dans le réel des non-lieux. Voir les villes invisibles, c'est se rendre compte de la complexité d'un endroit qui ne peut être uniquement ce qu'il est. Et pour se dépasser, il bouge, il est mis en mouvement par la photographie. Autre paradoxe ? Bienvenue dans l'univers de David Cousin-Marsy, qui en dit lui-même un peu plus ici.