Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par boris maynadier

Dans un "cahier spécial" local du Monde (27 mars 08), dédié à Toulouse, on peut trouver un entretien très intéressant entre Martin Malvy (Président du Conseil Régional de Midi-Pyrénnées), Robert Marconis (Professeur de Géographie) et Jacques Poumarède (Professeur d'histoire).

Extraits choisis arbitrairement et présentés dans le désordre :

Martin Malvy :
"C'est une ville qui a des atouts mais qui s'est trop souvent contentée de les contempler"
"Il n'y a pas eu l'accompagnement politique qui aurait permis de passer à une phase dynamique. Toulouse est restée un gros village."
"Nous n'avons toujours pas pris la mesure de ce que doit devenir une métropole au sein de l'Europe."
"Elle (la région) a besoin d'une grande zone d'attractivité économique toulousaine."


Jacques Poumarède :
"C'est une exception toulousaine et un non-sens que d'avoir trois trois communautés urbaines sur un espace qui fait 900.000 habitants."
"On a fait ce Grand Toulouse, mais qui reste une instance à faible valeur ajoutée."

Robert Marconis :
"Ce mille-feuille institutionnel rend noter lisibilité à l'extérieur difficile."
"C'est bien beau de réclamer le TGV, mais il faut le préparer, il faut construire un grand projet de taille métropolitaine. L'infrastructure vient quand il y a de la dynamique."


Toulouse est une de ces "métropoles" françaises qui doit envisager sérieusement de se donner les moyens de ses ambitions, moyens parmi lesquels devrait figurer, au premier plan, une marque. Travail sur le sens, la visibilité, l'attractivité, la projection la participation, la relation, la vision, la cohérence, le maximum d'éfficacité par le minimum de moyens, le dépassement du local par le local...  bref, en un mot donc, travailler une marque.

Paris y réfléchit (ici), Lyon l'a fait à sa manière (voir , j'aborderai bientôt cette approche lyonnaise), d'autres lancent le processus... Sans même évoquer les métropoles européennes.  Je ne peux qu'être d'accord avec M. Malvy, "il est temps que Toulouse, la belle endormie, se réveille".